EnvironnementMunicipalesUrbanisme

Tramway : Quelles garanties pour les platanes du Boulevard Béranger ?

Nous pensions les longs mois de débat entourant le tracé de la future ligne B de tramway derrière nous. Les partisans d’un passage pour le boulevard Béranger avaient obtenu gain de cause à la suite d’un vote du conseil municipal de Tours – qui s’était tenu à huis clos – et qui a ensuite été validé par les élus de Tours Métropole Val de Loire.

Il n’en était rien. Le rapport d’un expert en écologie, reçu par la Métropole en mars 2018, vient semer le doute quant à la viabilité de la variante retenue. La cause ? Les travaux prévus sur les boulevards Béranger et Heurteloup risqueraient de mettre en danger une grande partie du mail arboré, lieu de promenade de prédilection des Tourangeaux depuis plus de 3 siècles. La présence d’engins de chantier pourrait également générer une contamination au chancre coloré. Un champignon qui fait des ravages chez les platanes. En outre, ce même document nous apprend qu’aucune replantation ne pourra être réalisée sur place. Les conditions d’une croissance normale ne sont pas réunies étant donné l’environnement contraint dans lequel elles seraient amenées à évoluer.

Au-delà de la simple question d’itinéraire, Tours en Mouvement s’interroge sur la manière dont ces informations d’intérêt public ont été obtenues. Pour être révélées au grand public, elles ont dû faire l’objet au préalable d’un recours d’un citoyen auprès de la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA). De plus, la date du rapport nous confirme que l’ensemble de ces éléments étaient déjà à disposition des élus au moment de la concertation publique. Un manque de transparence vis-à-vis de la population qui en dit long sur la gestion en interne des dossiers et le fonctionnement démocratique de nos institutions locales. Qu’en pensera la préfecture au moment de se prononcer sur la déclaration d’utilité publique (DUP) obligatoire pour ce type de projet ?

Les réactions politiques ne se sont pas fait attendre. Le maire de Tours, aux abois, s’est empressé dès mercredi d’aller rassurer sur le plateau de TV Tours. Il promet de faire toute la lumière sur cette question avant que les travaux – accusant déjà de longues années de retard – ne soient officiellement lancés. Pour y parvenir, il compte faire appel au service municipal des Parcs et Jardins. Une déclaration étonnante lorsque l’on sait que la Métropole justifie la commande de l’expertise ainsi : « la Ville de Tours ne dispose pas en interne des moyens et de l’expertise nécessaire à la réalisation d’un tel travail ». Quelles démarches vont donc être entreprises ? Nul ne le sait. Nous souhaitons que toute la lumière soit faite sur ce point. 

Hélas, le grand flou ne s’arrête pas là. Christophe Bouchet promet un désastre si ce nouvel axe structurant venait à passer par le boulevard Jean Royer. Sans plus de détails. Nous ne savons même plus si la nouvelle ligne de tramway verra rouler un… tramway ! Différentes solutions seraient à l’étude. Parmi elles, le tram sur pneus semble retenir toute son attention. Un détour par Caen, qui vient de remplacer ce type de matériel par une solution ferrée, s’imposerait tant les pertes financières furent considérables. Nous ne pouvons que nous questionner sur la véritable vision qui entoure ce futur grand chantier. Loin d’être un simple transport en commun, le tramway est un outil de choix qui doit être au service de l’urbanisme et du bien-être des habitants. Comment faire confiance à des élus qui se contredisent régulièrement sur un dossier qu’ils ne maîtrisent pas et qui il y a quelques années étaient farouchement opposés à la réalisation de la 1ère ligne décidée par Jean Germain ?

Dans la cacophonie politique ambiante, certaines positions surprennent. C’est notamment le cas d’Emmanuel Denis, candidat écologiste et défendeur de longue date du passage du tram par le boulevard Béranger. Sans s’astreindre à toute forme de prudence – pourtant indispensable dans un tel contexte – il continue de se mobiliser en faveur d’un tracé dont l’impact écologique risque d’être sans précédent pour un projet de la sorte. Incohérence, avez-vous dit ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 + 2 =