ÉconomieMunicipales

Quand le maire sortant s’arrange avec les mauvais chiffres du chômage…

Décidément, les classements nationaux sont implacables pour le bilan de la majorité sortante. Celui de Ville Data.com sur le chômage montre un résultat médiocre.

Ce qui n’empêche pas le candidat-maire de plastronner en racontant qu’il a fait baisser le chômage depuis sa désignation en 2017. Comme dans les autres domaines, la réalité est tout autre.

Le taux de Chômage de Tours est actuellement de 7.80% de la population active. Comme au niveau national, le chômage baisse dans la zone d’emploi de Tours, il était en effet de 8.20% en 2018.
Mais Ville data rappelle qu’historiquement le niveau du Chômage de Tours est passé de 7.20% en 2003 à 7.70% en 2009, au plus fort de la crise économique. Enfin, sur les 321 Zones d’emploi que nous analysons, la zone économique et d’emploi de Tours se classe 144ème zone d’emploi ayant le plus faible taux de chômage.

La ville de Tours est moins bien classée aujourd’hui qu’il y a 6 ans en terme de taux de chômage.

Tours fait partie du bassin d’emploi de Tours. Cette zone d’emplois comprend également les villes de Joué lès Tours, Saint Pierre des Corps, Amboise, La Riche, Saint Cyr sur Loire, Saint Avertin. Elle est classée 144ème sur les 321 zones d’emploi comparées en matière de chômage. Le classement de la ville de Tours en matière de chômage a perdu 32 places sur six années (112 en 2013 contre 144 en 2019).

Rappelons que, de 2010 à 2013 le très grand chantier du tramway (auquel les membres de la majorité actuelle étaient presque tous farouchement opposés) employait jusqu’à 1000 personnes par jour ,induisant un emploi indirect important et un soutien puissant à l’activité économique tourangelle. Ce qui permettait à Tours d’avoir un bon classement au plan national dans les zones d’emploi de 112 ème sur 321.

Depuis, la politique municipale régressive systématiquement défavorable aux grands projets structurants a fait dégringoler Tours de 32 places dans le classement national. Rappelons que le seul grand chantier structurant, celui du Haut de la rue nationale est resté délibérément bloqué pendant cinq ans, que ceux  de l’îlot Vinci ou des casernes n’ont jamais démarré et que la deuxième ligne de tramway n’en est qu’à des déclarations d’intention, sans même un avant projet sommaire correctement ficelé .

Tours En Mouvement avec Philippe Lacaïle propose de faire enfin démarrer ces importants projets pour booster l’économie tourangelle et créer davantage d’emploi pour les Tourangelles et les Tourangeaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 − 17 =