MunicipalesPolitiqueSécurité

Premières propositions : Les sécurités à Tours

            Le premier devoir du politique est d’assurer la sécurité de ses concitoyens. Cette priorité semble avoir été perdue de vue par les maires à Tours depuis six ans et l’insécurité ne fait que croître. Le nombre de cambriolages et de vols, en particulier de vélos et de voitures augmente fortement, empoisonnant la vie quotidienne des Tourangeaux. Inutile de rappeler le traumatisme des victimes de cambriolage qui, au-delà des pertes matérielles, voient leur intimité violée. Les innombrables vols de vélos découragent souvent leurs victimes d’utiliser ce moyen de transport écologique et bon pour la santé. Le trafic de stupéfiants rend la vie quotidienne des habitants des quartiers les plus touchés pénible et il est hélas accompagné de vols et d’incivilités répétés du fait des trafiquants et de certains de leurs clients.

Tours en Mouvement propose, pour répondre aux préoccupations légitimes des Tourangelles et des Tourangeaux dans ce domaine, de renforcer et de rénover la police municipale (1), de relancer la prévention de la délinquance (2) et de redonner à la sécurité civile des moyens d’action efficaces (3).

1. Une police municipale renforcée et rénovée

Le rôle de la police municipale à Tours doit être d’améliorer la qualité de vie de ses habitants en travaillant, en lien avec les administrés, pour faire respecter les règles de bonne conduite, maintenir le bon ordre et réduire le sentiment d’insécurité. Les policiers municipaux doivent aussi participer à la lutte contre les incivilités et la petite et moyenne délinquance.

À cette fin, Tours en Mouvement agira pour que les policiers soient soutenus par la municipalité et pour qu’ils reçoivent des directives claires et constantes de la part du maire et de l’adjoint en charge de la sécurité, seules conditions dans lesquelles leurs missions auront un sens que chaque policier pourra faire sien dans son action quotidienne. 

À Tours, il faudra, dans ce but, procéder à une réorganisation profonde du service en lien avec les agents et leurs organisations syndicales.  Ce n’est qu’à ce prix que l’attractivité de la police municipale de Tours sera rétablie et permettra d’attirer des agents compétents et motivés et d’éviter les départs trop nombreux vers les communes voisines.

Pour Tours en Mouvement, il faut renforcer réellement les effectifs et favoriser une présence maximum des policiers sur le terrain en leur évitant les tâches purement administratives, comme, par exemple, la fourrière municipale qui peut être gérée par des agents de surveillance de la voie publique volontaires. Nos policier, grâce à l’action constante de Jean Royer et de Jean Germain sont armés, mais cet armement doit impérativement être modernisé et complété pour que les agents puissent intervenir partout sur le territoire de la commune, seuls ou avec la police nationale. Les unités cynophiles et motocyclistes doivent être reconstituées rapidement, il y va de la crédibilité de la police municipale capable dans ces conditions d’intervenir énergiquement et rapidement, et de contrer efficacement les délinquants. 

Actuellement logée dans des conditions inconfortables dans des locaux datant en partie du moyen âge, Tours en Mouvement rappelle que la police municipale devra se voir attribuer des locaux modernes et fonctionnels, comme cela avait été prévu et engagé avant 2014, afin de permettre aux agents de travailler dans des conditions dignes de notre siècle et d’assurer un accueil du public dans de bonnes conditions. Il faudra aussi rétablir la présence de la police municipale dans chaque grand secteur de Tours et donc, pérenniser le poste des Fontaines, et rétablir au plus vite des postes de police en centre-ville et à Tours Nord. Rappelons aussi que, pour la police municipale, des locaux récents et bien aménagés avaient été loués en 2012 près de la gare rue Charles Gille, ce qui permettait aux agents partant de ce local d’intervenir très rapidement dans l’hyper-centre et dans les quartiers Velpeau, du Sanitas et des Prébendes, à la jonction desquels le nouveau poste de police était idéalement situé. À la stupéfaction des habitants du centre-ville, la nouvelle municipalité l’a aussitôt fermé, envoyant ainsi un signal de faiblesse aux délinquants et dégradant la sécurité des Tourangelles et des Tourangeaux du centre-ville.

La vidéo protection n’est pas la panacée mais elle est utile pour surveiller certains secteurs de la ville et elle gène suffisamment les délinquants pour que ceux-ci entreprennent régulièrement de dégrader les caméras et leurs supports. Il faudra donc évaluer et adapter le dispositif de vidéo protection pour déterminer le nombre et les emplacements de caméras nécessaires.

En outre, pour disposer d’un maximum d’informations, il faudra favoriser l’échange de données avec la police nationale, la gendarmerie, les bailleurs et les organismes de transports publics. Compte tenu de l’importance de nos réseaux de transports publics et du nombre très élevé de passagers transportés, il est maintenant indispensable de créer une police intercommunale des transports capable d’intervenir non seulement dans le tram mais aussi dans les bus.

Ultérieurement, il faudra aussi progressivement aller vers une police métropolitaine, ou, au moins, lever les obstacles à la poursuite d’interventions commencées sur une commune et devant se poursuivre sur le territoire d’une autre commune.

2. Le rétablissement de la sécurité à Tours passe par la relance de la prévention de la délinquance.

Le maire est responsable de l’animation, sur le territoire de sa commune, de la politique de prévention de la délinquance et de la coordination de sa mise en œuvre. Ceci aussi a été perdu de vue par les deux maires que la ville a vu défiler ces six dernières années.

En effet, la prévention passe par une politique sociale prioritaire et volontariste, domaine largement délaissé ces dernières années. Or, on sait que le manque d’emploi, l’oisiveté forcée et la pauvreté qui en découlent sont souvent les ingrédients du basculement dans la délinquance. Pour Tours en Mouvement, dans ces conditions, une prévention sérieuse passe par un soutien financier et organisationnel sans faille aux associations favorisant le lien social (sportives, culturelles, d’aide à la parentalité, etc.). Il faut donc aussi notamment donner les moyens aux centres sociaux de fonctionner toute l’année, y compris au mois d’août pour que, dans cette période, les jeunes en particulier ne soient pas abandonnés à l’ennui qui, parfois, les pousse à des actes répréhensibles.

Puis, au-delà de l’action indispensable des associations intervenant sur un mode collectif, dans ce domaine, la proposition de Tours en Mouvement d’encourager le parrainage individuel par un étudiant volontaire agissant dans le cadre de son cursus universitaire pour aider un jeune prend tout son sens.

3. Il faut redonner à la sécurité civile des moyens d’action efficaces. 

Le rôle de la sécurité civile est de prévenir et lutter, aux côtés des autres services dédiés comme les sapeurs-pompiers, les polices et la gendarmerie, contre les conséquences des évènements d’ampleur, graves, voire catastrophiques qui peuvent survenir à Tours et dans son agglomération. Entre Loire et Cher existe un sérieux risque d’inondation pour la partie val de l’agglomération. S’y ajoutent d’autres risques comme les séismes, certes beaucoup plus rares à Tours que dans d’autres parties de la Touraine, comme la région de Sainte Maure par exemple, mais toujours possible. Enfin, plus fréquent à Tours Nord le risque de graves dommages à l’habitat du fait des phénomènes récurrents d’expansion-contraction des argiles doit être bien pris en compte et une aide active aux personnes touchées organisée. Pour évaluer en permanence les risques liés à nos nombreux souterrains, il faut soutenir notre syndicat intercommunal cavités 37.

Pour lutter efficacement contre les risques majeurs, il y a nécessité de revenir à un service suffisamment étoffé en personnels formés, disposant de matériels et de locaux adaptés pour la sécurité civile à Tours, qui nous le rappelons était une priorité avant 2014, ce qui avait valu à la ville d’être primée en ce domaine par l’attribution du pavillon orange. Enfin, Tours en Mouvement propose, à partir d’un service sécurité civile de la ville de Tours renforcé, de créer un service métropolitain de sécurité civile permettant d’augmenter et de mutualiser les moyens, car les catastrophes, à l’instar des inondations ne connaissent pas les limites communales !

Au niveau municipal :

  1. Redonner du sens à l’action des policier municipaux en leur adressant des directives claires et constantes

2. Réorganiser la police municipale pour lui permettre de se concentrer sur ses missions de police

3. Renforcer les effectifs pour permettre une présence permanente de jour comme de nuit

4. Moderniser l’équipement et les locaux de la police municipale

5. Rétablir par la réouverture des postes dans ces secteur la présence de la police municipale en centre-ville et à Tours Nord 

6. Améliorer le service de vidéo-protection 

7. Relancer la politique de prévention de la délinquance en soutenant les associations et les initiatives visant à renforcer le lien social

8. Redonner au service de la sécurité civile des moyens d’action efficaces

Au niveau métropolitain :

  1. Créer un service intercommunal de police des transports

2. Mettre sur pieds un service métropolitain de sécurité civile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 + 26 =